Classe préparatoire

2012 – 2013

Début de mon parcours post-bac

Mon parcours post-bac a commencé par une année de classe préparatoire aux études supérieures. Ce choix a été difficile à faire pour moi.

En effet, depuis mon stage d’observation de 3e que j’ai effectué dans un cabinet de kinésithérapeutes, je n’avais que ce métier en tête pour mon avenir. Les réunions avec les conseillers d’orientation et les professeurs principaux ont donc toujours été très rapides, puisque je n’avais aucune hésitation sur mon parcours post-bac : première année de médecine puis école de kiné.

Mais est arrivé le manque de confiance en moi, un jour de terminale. C’était une journée normale, jusqu’à ce que des anciens élèves de mon lycée viennent nous parler de la fac de médecine, avec des termes plutôt difficiles : rester à la bibliothèque jusqu’à 23h tous les soirs, une concurrence extrême entre tous les étudiants, un mental d’acier à garder toute l’année, etc.

Tous ces mots ont fait peur à la petite élève de terminale que j’étais. Je me suis mise à penser que je ne serai jamais capable de passer cette épreuve et de réussir le concours qui m’attendait à la fin de cette première année de médecine… 

J’ai donc renoncé à postuler à la fac de médecine et me suis dirigée vers une année de classe préparatoire, puisque je n’avais aucune idée de quel autre métier je voulais exercer à part kinésithérapeute…

Le métier de kiné toujours en tête

Cette première année post-année à été très difficile à vivre pour moi. En sortant de terminale dans un petit lycée où nous étions à peine 20 par classe, je me retrouvais dans un amphi entourée de plus d’une centaine d’étudiants. Je ne me sentais pas vraiment à ma place et le métier de kiné me trottait toujours dans la tête. 

Plus l’année avançait et plus j’avais l’impression de perdre mon temps… La conviction que je devais reprendre mes études en main pour devenir kiné retentissait de plus en plus dans mon esprit. Mais en même temps, je n’avais pas oublié les mots prononcés lors de cette journée de terminale…

J’ai donc décidé de faire quelques recherches sur les différentes fac de médecine en France dans l’intention de déménager pour bénéficier d’une concurrence moins importante.

En effet, à Lyon, plus de 2000 étudiants en PACES se battent pour 65 places en 1ère année d’école de kiné. Alors qu’à Vichy seulement 800 étudiants se battent pour le même nombre de places…